Naissance du projet

Un lui,
Une elle,
Un voyage,
Une histoire…

Celle qui débute un soir d’été 2014… Une rencontre, un partage, une connivence… Tout cela autour de 2-3 tapas, d’un bon verre de vin et tous les autres ingrédients réunis pour que naisse notre couple. A peine quatre petits mois plus tard, nous voilà déjà en route pour notre premier voyage ; le test : Les îles du Sud-Est de la Thaïlande. D’accord, il y a pire pour commencer…

Pour lui, c’est la découverte de l’Asie et des «longues» vacances en mode sac à dos (rien de plus que trois semaines pourtant). Pour elle, c’est un retour en pays pour ainsi dire connu, à la vie de routarde qu’elle a déjà bien expérimenté en solitaire et trois semaines semble être une durée ridiculement courte. Pour les deux, c’est un apprentissage; celui de se côtoyer 24h/24, d’appréhender l’autre et sa façon de réagir une fois sorti de sa zone de confort, sa conception du voyage et de la rencontre avec autrui. En bref, une formidable expérience qui, même si elle n’a pas été rose tout du long, nous a donné de merveilleux souvenirs mais surtout une assise solide pour notre couple.

Dès lors, l’union était pour ainsi dire scellée et l’idée de repartir un jour pour un grand voyage ne nous a plus quittée. Mais, quand nous disions un jour, nous pensions plutôt à un lointain futur où nous emmènerions nos enfants explorer le monde dans un sympathique et confortable camping car, histoire de leur montrer que notre belle planète ne se limite pas au continent Européen et à sa situation si privilégiée – sans même que ses habitants en aient conscience. Nous continuions donc notre petite vie pépère, affairés à travailler plus qu’il n’en faut pour construire la vie qu’il «faut».

Puis 2016 est arrivé, et avec lui ses grands chambardements… Professionel; familial; médical; sentimental, pas un secteur ne fût épargné. Il a alors fallut se remettre en question; s’interroger sur le pourquoi de ces claques, mais aussi sur ce que l’on avait envie d’en faire. Quel sens voulions-nous leur donner? Les laisser nous affaiblir, nous meurtrir, nous rendre l’ombre de nous-même? Il n’en était pas question. Celles qui subsistaient étaient donc : Quels enseignements pouvons-nous en tirer? Et comment aménager nos vies pour nous y concorder?

Après moult discussions, réflexions et ruminations, déchirés par le manichéisme sociétal mettant en état d’alerte notre mental et réveillant des peurs ancestrales, mais aussi parfois par notre environnement proche qui s’inquiétait du fait que nous quittions le chemin qu’ils nous avaient prédestiné, la décision était prise…

Revenir à l’essentiel… Nous reconnecter à nos corps et à la nature. Privilégier les rencontres, les échanges, les partages. Aider en donnant de notre temps. Tout simplement… donner un sens à nos vies…