Immersion dans le monde végétal

Our host Thomas as we played cards after Naël birthday party.

Cet homme dont nous vous parlions dans notre précédent post (« Reprise de la marche … »), c’est Thomas et 4 jours plus tard – après un saut de puce express à Carcassonne histoire d’acheter de bonnes chaussures car mes anciennes étaient vraiment arrivées au bout (Merci maman 😊) – nous arrivions au portail de son domaine à proximité de Mazamet. L’ouverture de celui-ci nous a révélé une grande clairière ceinte d’une majestueuse forêt s’agrippant aux pentes abruptes de la montagne noire. Ce magnifique parc rempli d’arbres centenaires et resplendissant au sein duquel trône la maison est aussi le lieu de pâture de trois moutons en totale liberté et que notre venue expose à quelques sprints pour rejoindre leur abri. Timides ceux-là… A l’inverse, deux chiens s’en viennent à notre rencontre et annoncent notre arrivée à qui ne l’eût pas su. Thomas est là qui nous attend et nous présente sa compagne Julie dont un heureux événement se dessine sur la silhouette.

Sur guidance de Thomas, nous prenons donc les quartiers du futur bébé, une chambre toute de pin Douglas fraîchement aménagée. Et pendant une magnifique semaine, nous partageons leur vie, leur maison, leurs repas, leurs passions, leurs amis, leurs familles. En sept petits jours, Thomas nous prend sous son aile et nous apprend à réaliser toutes sortes de préparations (extraits fermentés (appelés à tort purins), infusions, décoctions, macérations huileuses). Il nous transmet les fondamentaux de la taille et de la tonte. Bref, il nous plonge dans l’univers du végétal jusqu’au niveau cellulaire qu’il nous fait découvrir par son microscope. Il rafraîchit également nos notions de physique-chimie par de nombreux tests comparatifs (notamment PH, redox, conductivité) que nous réalisons entre les préparations végétales et les produits phyto-sanitaires du marché. Plus qu’un savoir, c’est une véritable expérience et une compréhension en profondeur qu’il nous transmet. Et en cuisine, Julie met nos papilles en émoi avec de somptueux plats à chaque repas, d’ailleurs toujours chouettes moment de partages, de réflexions et de fous rires.

Aurélie is pushing Naël on his way down the garden.
Birthday cake !

Le mercredi, c’est le cinquième anniversaire de Naël, le fils de Julie. Une quinzaine d’enfants débarquent alors sur les lieux devenus un véritable parc d’attraction. Julie a organisé une chasse au trésor et les hommes ont monté une immense tyrolienne entre les arbres. C’est l’extase chez les enfants qui gambadent à tous coins entre les brebis, les poules et les multiples activités qui leur sont dédiées. Rachid (le papa de Naël), Yann et Thomas passent ainsi une bonne partie de l’après-midi à hisser les enfants sur la tyrolienne et courir du haut au bas de celle-ci pour leur donner de la vitesse ou au contraire les ralentir pour les plus craintifs. Puis vient le tour des déballages de cadeaux et là encore, Thomas et Yann veillent au grain en faisant le contrôle qualité des jouets reçus. Ou devrais-je plutôt dire qu’ils piquent les jouets aux enfants pour y jouer eux-mêmes… La preuve en photo 😊

Thoré du Rock ?

Et le week-end, c’est le « Thoré du Rock ? », un festival plein air que Thomas a créé et organise chaque été depuis 8 ans. Du coup, nous montons dans la splendide coccinelle de collection (1973) qui est la mascotte du festival et que Thomas nous prête pour l’occasion. En route pour Mazamet où se déroule le festival. Une superbe journée s’annonce avec une météo parfaite ! On va avoir chaud ! Catering des artistes, caisse, bar, stand frites-sandwichs, rangements, tri des poubelles, nous aidons partout où nous le pouvons histoire de rendre un peu de tout ce qui nous a été offert.

Cox de 1973 !

Puis vient le temps du départ, des séparations. Une fois encore, il est dur de quitter des gens devenus des amis si chers. Nous leur étions inconnus voilà une semaine, mais ils nous ont ouvert leur porte et leur cœur. Ils nous ont fait confiance et nous ont tout offert. Rarement nous avions rencontré des personnes aussi généreuses, ouvertes et animées par tant de bonté. Merci Thomas ! Merci Julie ! Merci pour ces incroyables moments passés avec vous ! Nous ne les oublierons pas ! Et beaucoup de succès pour tous vos magnifiques projets et le merveilleux événement à venir !

We are standing next to Thomas and Julie, from www.cypresdemonarbre.com
Thomas heal the three with plants. We had the pleasure to be his guests and to receive a training on how to heal the plants with plants.
Les châteaux cathares
Daughter and father.

De Mazamet, nous mettons le cap sur Béziers où Antoine vient nous chercher pour aller à la rencontre des châteaux cathares – qui ne sont en réalité pas des châteaux (abus de langage), mais des castrums -.

 

 

Pendant une petite semaine et à bord de la Peugeot tout confort et climatisée de papa, nous sillonnons le Pays Cathare de long en large à la découverte des plus beaux sites. De Quéribus à Mirepoix, pas un château de nous échappe. Nous gravissons collines et monts pour observer de plus près ces impressionnantes constructions à flanc de falaise. C’est parfois tellement raide qu’il faut s’aider de ses mains pour parvenir à ses fins… Et il faut avouer que la chaleur (35-38 degrés), le vent (souvent avec des rafales de 70-80 km/h), les vieilles pierres cirées à force de passage et pour certains le vertige, n’aident pas…

Mais le coup d’œil en vaut la chandelle ! Des panoramas exceptionnels, des constructions spectaculaires et une meilleure compréhension de l’histoire de cette belle région. Région dont nous découvrons aussi la gastronomie – plus ou moins raffinée en fonction des établissements que nous fréquentons. Des locaux nous indiquent des coins à visiter et activités à réaliser et c’est ainsi que nous découvrons des marmites creusées par l’eau dans lesquelles nous nous adonnons aux joies de la baignade, un moulin à vent magnifique au pied duquel se vend du pain plus merveilleux encore ou enfin les gorges de Galamus, très impressionnantes ! Mais toutes ces découvertes sont surtout l’occasion de grandes et belles retrouvailles avec Antoine (le papa d’Aurélie) qui nous emmène encore jusqu’au bord de la mer – où nous profitons d’une bonne nuit et d’un délicieux repas au bord de l’eau – avant de reprendre la route du retour.

Enfin la mer !
Banyuls, c’est pas la mer à boire…

Une fois seuls, nous retrouvons nos vieilles habitudes et c’est donc à pied que nous nous rendons au camping de Banyuls-sur-Mer. Mais par près de 40 degrés, la pourtant courte marche se fait pénible. Et le site pseudo-pinède asséchée plein de cailloux et d’aiguilles de pins, où l’ombre se fait rare et les points d’eau sont inexistants ne nous offre aucun réconfort.

Mais Banyuls, c’est le spot où Yann a validé son premier niveau de plongée avec Réza, un de ses meilleurs amis. Alors quelle meilleure occasion pour en faire le deuxième ? Et hop, le voilà engagé pour quelques jours. De mon côté, un mal de gorge et d’oreille commence à poindre le bout de son nez, je m’abstiens donc d’aller faire siffler mes tympans et en profite pour me reposer. Sauf qu’au lieu de reprendre des forces, mon état ne cesse d’empirer. Verdict : angine à streptocoques. Antibios, tisane, repos e tutti quanti. J’adore…

Enfin, heureusement que Yann peut profiter de cet endroit plus que moi. Ses cinq plongées spécifiques lui permettent d’aller dans la réserve marine et d’y découvrir poulpes, mérous, barracudas, murènes et d’énormes poissons-lunes. Il y effectue plongée profonde, plongée nitrox, plongée en combinaison étanche, plongée d’orientation et plongée de flottabilité et a donc maintenant son padi advanced diver ! Bravo Yann !

Le palais des rois de Majorque
Départ pour Perpignan

Après 4 jours en bord de mer et sans signe d’amélioration de mon état, nous nous rapprochons de la ville et prenons donc le train pour Perpignan. Si mon état ne s’améliore pas, ce sera direction l’hôpital. La décision est prise vendredi soir pour samedi matin.

Fort heureusement, samedi matin je me réveille dans un meilleur état. Nous évitons ainsi le passage par la case hôpital et nous consacrons le reste de nos journées à la recherche de nos activités futures …

Aurélie a enfin une nouvelle paire de chaussures !

Bref, voilà bientôt 4 mois que nous sommes sur les chemins et les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Le compteur kilométrique de nos pas s’est toutefois arrêté – ou du moins a été suspendu – à un peu plus de 800 km puisque d’importantes douleurs dans mes articulations rendent la marche de plus en plus difficile et ce malgré les aménagements apportés (Carrix, nouvelles chaussures, allégement du sac). Bref, c’est une très grosse déception que mon corps ne suive pas et ce, d’autant plus que Yann pète la forme bien que son sac fasse plus du double de poids que le mien. Nous avons donc marché chaque centimètre du chemin de Morges à Mazamet, avec pour seule incartade un petit lift de 20km pour nous rendre jusqu’au gîte lorsque Virginie était venue nous rejoindre sur les hauts plateaux de l’Ardèche. Mais voilà, nous devons maintenant opter pour d’autres moyens de transport en espérant qu’un peu de repos articulaire me redonnera du poil de la bête.

Twiza, oU la découverte des chantiers participatifs

Une nouvelle aventure pour nous débutera donc dans notre prochain post, car nous allons « donner la main » (expression piquée à l’Hérault) à Hans, un hollandais qui construit sa maison écologique tout seul. Nous comptons y découvrir les premières bribes de l’auto-construction et voir comment il a pu concrétiser son rêve avec pour budget environ 15’000 euros. Puis nous nous rendrons chez Sabine qui élève 80 brebis et espérons y acquérir les savoirs fondamentaux de l’élevage ovin et de la fabrication de fromage.

Y & A

 

Quelques liens utiles :

Cyprès de mon arbre – Le site de Thomas

Thoré du Rock – Le festival de rock de Mazamet, organisé par Thomas

Lacustre – L’album photo d’Antoine sur les châteaux cathares

Twiza – le site pour les chantiers participatifs

3 réponses sur “Immersion dans le monde végétal”

Laissez-nous un commentaire ... nous vous répondrons dès que possible !